Warning: file_put_contents(/homepages/12/d349798029/htdocs/optimaCapital/www/classes/../client/cache/parseur/96e61e7862aaf4a8e6d80459ac03ac2c.cache): failed to open stream: Disk quota exceeded in /homepages/12/d349798029/htdocs/optimaCapital/www/classes/parseur/Analyse.class.php on line 129
Stop aux analyses de comptoir Optima Capital

DOSSIER

Stop aux analyses de comptoir


L’Immobilier, c’est comme pour les entraîneurs des équipes de France, tout le monde a un avis dessus !! Forgé à grandes visites de sites sur internet, de discussions avec son entourage, de traitement journalistique à coup de grandes phrases chocs, de discussions de comptoir où untel connaît quelqu’un qui lui a raconté que son frère a des problèmes avec des locataires…

 

L’immobilier n’est pas un monde sans nuages, il faut par contre faire preuve de pragmatisme et d’esprit analytique pour se forger un avis. L’affect entre définitivement peut en compte dans les décisions d’investissement.

Il n’en reste pas moins un rapport très « épidermique » en France à l’immobilier à intégrer dans ses analyses.

L’immobilier en déclin peut-on entendre parfois? Alors qu’il suffit de faire quelques centaines de mètres, quelques kilomètres autour des grandes agglomérations pour comprendre le lien étrange et viscéral du français à la propriété. Les maisons poussent, les petits collectifs sont de plus en plus nombreux et soit loués, soit achetés pour résidence principale. Devenir propriétaire reste un des plus grands désirs ou fantasmes du citoyen.

 

Que ce soit en crise ou non, le particulier veut acheter sa maison ou son appartement dès qu’il le peut.

 

Pour les investisseurs, cela est un élément déterminant dans la volonté de développer un patrimoine immobilier. Car la constitution d’un tel patrimoine passe par des phases d’achat et de revente des biens. Or, il faut pour cela que le marché soit toujours demandeur de biens. Nous sommes en période de crise, la demande a baissé... Soyons clairs  ce n’est pas la demande elle même qui baisse mais sa capacité à s'adapter au prix notamment de par une capacité de financement qui est plus difficile. Les particuliers sont toujours prêts à acheter, il s’agit d’une problématique de pouvoir financier. Même si les taux d'intérêts bas aident!

 

Et n'oublions pas l'offre. L'offre de biens immobilier est-elle réellement qualitative? Est-ce que les acheteurs trouvent les biens qu'ils souhaitent correspondant à leur style de vie?

 

Que se passera-t-il dès que la crise va s’éloigner ? Les gens vont-ils dépenser toute leur épargne ou leur pouvoir d’achat retrouvé dans des vacances, loisirs, vêtements, voiture…. ? Probablement aussi. Mais l’instinct de sécurisation de leur situation vis à vis d’un nouveau retournement de conjoncture, d’une nouvelle crise, les amènera à utiliser leur ressources financières pour s’assurer un toit. A eux. A la fois protection, et valeur refuge.

Certains pourrons acheter. D’autres non. C’est comme cela. Pour les autres la location sera la solution, et l’est déjà aujourd’hui. Il y a des locataires aujourd’hui, il y en aura demain. Heureusement pour les investisseurs.

Je pense donc que l’immobilier reste une des valeurs refuges car c’est tout simplement un besoin. Qui ne s’altère pas.

 

 Il y aura toujours les analystes de comptoirs pour expliquer que l’immobilier va baisser, qu’il est compliqué de trouver de bons locataires, qu’un tel a connu des problèmes lors de l’état des lieux avec ses locataires….Cela et vrai. Cela peut arriver. Mais l’investissement immobilier, ce n’est pas que cela.

 

Les mêmes recommandant de ne pas acheter, se plaignant de l’immobilier vont saisir « une affaire », en investissant dans un appartement pour étudiant dans une résidence des années 60….. « parce que c’est une bonne affaire et que je l’ai payé moins cher… sans crédit »…. Et bien, je lui souhaite bon courage : des charges d’un immeuble des années 60 très élevées, des éventuels coûts de travaux, de mise aux normes, une cible de locataire avec un turn-over très important, un risque de retrouver son appartement pas forcément bien entretenu, un financement fait en cash au moment où les crédits sont les plus bas. Si cela leur convient...

 

Investir dans l’immobilier, ce n’est pas le faire « au feeling », en ayant eu « toutes les informations sur internet ». C’est être pragmatique, utiliser des outils d’analyse professionnels de l’investissement, définir une stratégie financière totalement adaptée à sa situation, faire un choix de produit en se mettant dans une posture « professionnelle », garder le sang froid et décider sur les bases de chiffres et de faits. C’est comme cela que vous pouvez vous enrichir.

 

Il faut simplement être observateur. Oui, nous sommes dans une période de crise. Le besoin immobilier est réel en France, et surtout, cette relation à l’immobilier ne va pas cesser avant de nombreuses années. Garantissant ainsi un dynamisme toujours présent pour les biens… au bon emplacement et de qualité. 

expand_less